Je me souviens encore la première fois où j’ai pris conscience de ces sons purs qu’on appelle les “harmoniques”.

Automne 2012; ce soir là nous nous étions retrouvés chez nous avec des amis pour pratiquer des chants sacrés en cercle. Après une courte introduction dans ce monde, dans son contexte musical et culturel, nous nous sommes assis par terre. J’ai été en tailleur juste en face du professeur quand il nous a demandé de répéter après lui un long “Aaaaa…” à la fois posé et résonnant. J’avais déjà participé à des cercles de chant et d’autant plus j’avais déjà prononcé et entendu des voyelles comme le “A” (évident) donc jusque là rien de bizarre, rien de particulier.
Par contre quand Jean-Marie, notre prof, nous a demandé de répéter après lui encore et encore et encore… ce fameux “Aaaaa…” j’ai commencé à me demander “mais qu’est-ce que je fais là?” ou “à quoi ça sert tous ces “aaaaa”?”, “s’il nous faut 10 minutes pour apprendre à chanter le “aaaa” c’est sûr qu’on ne va pas aller très loin…”.
J’avoue que je n’étais pas prés à accepter tout cela. Mon mental analytique voulait tout comprendre, tout maitriser… et mes préjugés n’ont pas tardé à prendre le dessus.

Avant d’abandonner et commencer à m’agiter dans tous les sens, je me suis permis une dernière chance. J’ai fermé les yeux, j’ai respiré profondément et je me suis abandonné dans ce bain sonore, dans ce “chant” bizarre, mais envoutant.

Une voix d’ailleurs… et d’ici
Tout d’un coup une autre voix, aigüe, claire, pure… est apparue au milieu de notre cercle! Oui, là juste devant moi. Je me suis dit “Mince! je commence à entendre des voix!”.
J’ouvre les yeux grands et je commence à regarder à droit et à gauche de moi pour résoudre le mystère et trouver qui parmi les participants avait choisi de nous faire cette blague.
A ma grande surprise cette “voix” devenait de plus en plus forte, mais personne ne semblait la chanter, elle commençait à occuper l’espace, elle venait de captiver toute mon attention, magnifier cet instant unique!
À la fin de la séance et avant que Jean-Marie parte, je l’ai approché pour en savoir plus sur ce phénomène remarquable. “Il s’agit des harmoniques” m’a tout de suite dit avec sa voix grave. “Les chants sacrés sont particulièrement riches en résonances et en harmoniques.”
Je lui ai demandé si il y a une culture – un peuple dans ce monde où les harmoniques ont une place protagoniste dans leurs mélodies.
“Oui, il y a les chants diphoniques mongols où la mélodie est dessinée par ces harmoniques”.

“Les harmoniques” alors. “Le chant diphonique et le chant mongol…”. Le mystère commençait juste à se résoudre!

Une voie – “deux voix”
J’ai cherché à trouver quelqu’un qui puisse m’aider à progresser dans cette voie des chants mongols et j’ai trouvé Johanni Curtet; un docteur en ethnomusicologie spécialisé justement aux chants diphoniques mongols. Sans hésiter une seconde, je l’ai contacté et quelques semaines plus tard je me trouvais dans le car Angers – Rennes pour aller prendre mon premier cours avec lui. Whoah quelle expérience! Toutes les deux semaines, je rentrais dans le car et j’allais rejoindre mon prof 140km vers le nord-ouest; deux heures de voyage pour une heure de cours. Le chant diphonique mongol, ce chant guttural des steppes du mont Altaï commençait à m’ensorceler. J’ai commencé à le pratiquer TOUS les jours et à vouloir TOUT comprendre, tout découvrir, tout entendre. La pratique du chant diphonique mongol m’a permis d’ouvrir mes yeux, ou plus précisément mes oreilles, et à découvrir ce monde sous un prisme totalement différent, totalement nouveau et formidable!

Depuis je n’ai de cesse d’étudier, d’expérimenter cette voie à “deux voix”, ces fréquences harmoniques, ingrédients fondamentaux de chaque son, vibrations pures de chaque voix.

J’ai suivi des stages et formations avec des personnes et chercheurs remarquables dans cet univers des résonances. Parmi eux je n’oublierais pas:
Anna-Maria Hefele
Daïnouri Choque
Iégor Reznikoff
Kenneth Bozeman
Chadley Ballantyne

Par contre, je dirais que mon plus grand maitre, à la fois mon inspiration et mon école a été la NATURE; les éléments de la nature, ses rythmes, ses fréquences et son énergie. La VIE de la nature en lien avec moi-même. Les manifestations de la vie en moi et autour de moi. Les liens intrinsèques entre tout ce qui est, qui vie, qui vibre.